Se connecter

Actu

des producteurs français
Le Gers a sa bière locale bio : “La Cadette de Burosse”

Le Gers a sa bière locale bio : “La Cadette de Burosse”

C’est un pari qui a nécessité beaucoup d’investissement personnel et financier, avec un emprunt et un appel au crowdfunding qui a dépassé les espérances des deux frères Brice et Rémi Mouton, à l’origine de la création de la bière paysanne bio «La cadette de Burosse». Leur pari a payé: ils ont déjà vendu 30000 bouteilles de leur bière et en ce mardi après-midi, une bonne partie de la famille est réunie pour mettre en cartons les commandes qui affluent. Brice, sa grand-mère et son compagnon, sa mère et son cousin s’activent énergiquement tous les cinq.

Fils d’agriculteurs, céréaliers et éleveurs de canards, les deux frères se sont lancés dans l’aventure après la formation en agronomie et œnologie de Rémi. Avec une idée originale : «cultiver nous-mêmes nos matières premières, précise Brice Mouton. Nous cultivons notre orge et notre houblon, en bio.» S’il existait déjà une bière bio dans le Gers, cette volonté de cultiver soi-même ses propres céréales est une première.

Les deux frères ont décliné leur savoir-faire en trois bières différentes. La plus douce, que «même ceux qui n’aiment pas la bière sauront apprécier», est la blanche. «On est sur des arômes de litchi, avec un peu de rose. Elle est très aromatique mais il s’agit d’une bière de soif, désaltérante.» La blonde, elle, «est plus goûteuse et plus axée sur la céréale, avec une très légère pointe d’amertume. Elle a plus de corps.» La troisième de la gamme devrait sortir dans un mois environ. La brune corsée de la gamme initiale sera effectivement remplacée par une ambrée. Complète l’offre une bière «Ephémère». «Tous les deux mois, nous testons une nouvelle recette en quantité limitée, explique Brice. Si elle plaît, nous pourrons l’intégrer à notre gamme permanente. Nous nous fonderons sur les retours que nous aurons.» Ils ont ainsi testé une bière très amère, une ambrée et une bière «single malt single hop», avec un seul type de malt et d’orge.

Mais très vite, il n’a qu’un désir : revenir sur le domaine de ses parents où Brice, son frère aîné, produit depuis 2012 un « vin de garage » (un vin de grande qualité, produit en quantité très limitée), sous l’appellation Les Cadets de Burosse. Des copains lui parlent de la bière, du côté sympathique et convivial qu’elle inspire aux consommateurs, mais aussi de la part de créativité que sa fabrication recèle.

Rémi est décidé : il créera sa propre brasserie dans le vieux chai de la ferme, à condition de faire pousser lui-même orge et houblon, nécessaires à son élaboration, sur des terres bio. Le concept correspond parfaitement à son aspiration de paysan, tel qu’il se définit lui-même. Culture à petite échelle, respectueuse de l’environnement et en circuit court, en parfaite adéquation avec sa personnalité.

La Cadette de Burosse voit ainsi le jour sur la propriété en mars 2017. Les premières bières, issues de sa propre orge, sont vendues dès l’hiver. Entre-temps, le jeune vigneron brasseur a pu planter une petite houblonnière qui, du haut de ses cinq mètres, lui permet de revendiquer une production 100% locale l’année suivante.

Les ingrédients sont donc réunis pour gagner son pari audacieux, d’autant que chez les Mouton la solidarité n’est pas un vain mot. Tous se mobilisent pour que ce projet se réalise dans les meilleures conditions.

De la récolte de l’orge et des précieux cônes jaunes du houblon -qui viendront ajouter l’amertume au breuvage- à la mise en bouteille manuelle, en passant par le brassage, chacun relève ses manches et participe activement au processus de fabrication. Même la décoration des barriques et des étiquettes des bouteilles est réalisée par Arthur, le cousin graffeur. On y voit un mouton mousquetaire, clin d’œil au patronyme et à l’esprit des Cadets… de Burosse. Seul le maltage se fait dans le Tarn, à la Malterie du Vieux Silo.

Pour la partie commerciale, Rémi peut compter sur Brice, ancien commercial en vin de Bordeaux : revente dans des épiceries fines de la région (quatre sur le Gers, une en Haute-Garonne et une en Pyrénées-Atlantiques), animations sur les marchés de Vic-Fezensac, Lupiac, lors des festivals gersois… Les frérots sont inséparables. Brunes, blanches, blondes ou éphémères –bières qui ne seront élaborées que pour une saison selon l’air du temps- s’exposent pour venir étancher toutes les soifs et tous les goûts.

Le jeune homme, à travers ce qu’il considère comme un hommage rendu au labeur de ses ascendants, envisage pour la suite des portes ouvertes à la brasserie, des ateliers dégustation, mais aussi des soirées bistrot, et imagine déjà très bien un point de vente sur place pour les touristes ou clients des chambres d’hôtes du Manoir de Burosse.

Ainsi que l’achat d’une machine à embouteillage semi-automatique dès cette année, qui facilitera le travail de toute la famille !

Site Internet : https://www.vigneronsbrasseursdeburosse.com/

https://www.facebook.com/LaCadettedeBurosse/

Related Posts

Laisser un commentaire

venenatis sem, Praesent risus. libero id