Diminuer les risques d’allergies de votre bébé en lui donnant du fromage : possible

Il s’agit d’une étude qui a été réalisée conjointement le CHU de la ville de Besançon et par l’Institut National de la recherche agronomique (Inra). Les chercheurs se sont penchés sur les impacts de la consommation du fromage chez des enfants en très bas âge et les conclusions n’ont pas tardé à se faire savoir : une diminution significative de tous les risques allergiques. En même temps que les papilles, des petits enfants étaient éveillés aux divers types de saveurs du fromage.

Le lien entre les fromages et la limitation des risques allergiques

En tant que chef du service de pneumologie, le Professeur Dalphin a commencé l’observation des près de 931 enfants à partir de 2002. Œuvrant au CHU de Besançon, il lui a été aisé de rencontrer ces enfants issus d’environnements ruraux de divers pays d’Europe tels que la Suisse, l’Allemagne, la France, l’Autriche et la Finlande. La période allant de 12 mois à 18 mois a été observée afin de quantifier la diversité et la fréquence de consommation des fromages tels que le fromage pressé, la pâte molle, le semi-pressé, le frais issu de la ferme et le bleu. L’observation a commencé dès leur naissance pour se terminer à leurs 6 ans. Des questionnaires bien élaborés ont permis de recueillir des informations par une association et en voici la quintessence :

  • En consommant le fromage entre 12 et 18 mois, il était constaté une diminution effective des risques d’eczéma ou dermatite atopique à l’âge de 6 ans. De même, des maladies respiratoires comme la rhinite allergique, l’asthme et d’autres comme l’allergie alimentaire et de fragilité face aux divers allergènes inhalés ou alimentaires ont aussi été observé.
  • L’effectivité de ces réductions ne dépendait ni des conditions de vie de l’enfant ni de la consommation d’aliments d’autres natures.

L’impact sur le micro-biote intestinal

Comme explication à ce magnifique processus de protection, Jean Charles Dalphin explique que les fromages ayant du lait non pasteurisé contiennent plusieurs milliards de bactéries. Ces derniers viennent en renforcement du micro-biote intestinal qui est constitué par la totalité des virus, levures et bactéries qu’on trouve dans l’intestin. Cela aboutit à l’élaboration d’un micro-biote idéal. Construit directement dès les premiers mois de vie, celui-ci confère un système immunitaire efficace.

Le chercheur ajoute dans les colonnes de 20 Minutes que l’allergie est le signe que le système défensif du patient est déviant : il a donc des réactions face à des éléments inoffensifs comme les pollens ou les poils d’animaux. Face à cette avancée notable, des recherches complémentaires seront menées afin de déterminer laquelle de la fréquence d’ingestion ou de la diversité des types de fromages est précisément à l’origine de cette densification du micro-biote intestinal.

L’un des points forts de ces études sera également d’analyser ce dernier afin d’en maîtriser les mécanismes induisant la réduction des risques. Alors, songez à donner à votre bébé de plus de 10 mois du Bleu d’Auvergne, ou du Cantal, du Rocamadour et même du Camembert en même temps que ses compotes de fruits et ses pots de légumes.